Archipel

Le blog de Jérôme Bodon-Clair

Bibliographie

OUVRAGES

¤ 2008
Le Langage de Steve Reich. L’exemple de Music for 18 musicians, Paris : L’Harmattan, 2008.

Résumé : Si l’on accorde généralement la paternité du courant minimaliste en musique à La Monte Young, puis à Terry Riley, on désigne souvent Steve Reich comme le plus important compositeur de ce mouvement. Music for 18 musicians s’impose comme une oeuvre charnière pour le compositeur. Véritable synthèse des grands concepts minimalistes des années 60, la pièce la plus populaire du New-yorkais confirme les intuitions entrevues dans Drumming et préfigure les innovations de langage à venir.

ARTICLES

¤ 2009
« La question du judaïsme chez Steve Reich : du personnel à l’universel », Filigrane, n° 9 (mai 2009), Sampzon : Delatour, 2009.
Résumé : De Tehillim (1981) à The Cave (1993), la démarche artistique de Steve Reich (né en 1936) semble se développer parallèlement à une quête identitaire profonde. En effet, alors peu concerné par la religion, le New-Yorkais décide en 1974 de s’intéresser à ses racines juives et pendant une période de 20 ans, cette interrogation, de et sur, sa judéité ne cessera de contaminer ses compositions. Ainsi, après une nécessaire période d’apprentissage, Reich écrit en 1981, sa première oeuvre d’inspiration religieuse, Tehillim, en s’inspirant des psaumes. Ce premier essai s’avère déterminant et s’il n’interroge finalement « que » le rôle du compositeur par rapport à une tradition, ouvre à Reich, qui pour la première fois fait entrer le texte dans son art, une foule de possibles compositionnels. Different trains (1988) questionne Reich sur sa condition de juif et met en parallèle son histoire personnelle avec l’Histoire majuscule (l’holocauste) d’un peuple opprimé. Avec la découverte primordiale de la speech melody (basée sur des interviews), le compositeur glisse du personnel au collectif, du je au nous (entendre « nous peuple juif »). Enfin, avec The Cave (1990-1993), Reich va finir par considérablement étirer la problématique religieuse pour la délayer dans des considérations plus universelles. Avec cet opéra/documentaire pour le moins novateur, le New-Yorkais s’ouvre définitivement à l’humain, couronnant une trajectoire tout en variations de plans, du je au nous puis au on, du personnel à l’universel.

CONFÉRENCES

¤ A venir

« Place de la musique dans Play (1963) de Samuel Beckett : une sonate au purgatoire », journée d’étude « Beckett et la musique » sous la direction de Geneviève Mathon et David Lauffer, CCAMAN-LISAA, Université de Paris-Est Marne-la-Vallée, CDMC, Paris, 17 décembre 2010.

« Minimalisme. Connexions conceptuelles et esthétiques entre musique et arts plastiques dans le New York de la fin des 60’s : l’exemple de Steve Reich », séminaire « musique et arts plastiques » sous la direction de Michèle Barbe, OMF/Université Paris Sorbonne, Paris.

« L’épuisé. De Deleuze à Beckett, de Beckett à Feldman », colloque « Deleuze et la musique », CDMC/Université Jean Monnet, Paris/Saint Etienne, à venir 2011, publication en actes associée au volume 13 de la revue Filigrane.

« Instants étirés. A propos de Rumeurs #03 », Journées d’Informatique Musicale, AFIM/CIEREC, Université Jean Monnet de Saint Etienne, 26 mai 2011.

¤ 2010

« Ouverture et mobilité dans la musique d’Earle Brown : une approche conceptuelle plastique », séminaire « musique et arts plastiques » sous la direction de Michèle Barbe, OMF/Université Paris Sorbonne, Paris, 17 avril 2010, publication en actes à venir.

¤ 2009

« Morton Feldman composant la musique du film Jackson Pollock 1951 : entre connexions linguistiques et intuitions en devenir », séminaire « Rythme, corps, espace », CIEREC, Université Jean Monnet, Saint Etienne, 13 novembre 2009, publication en actes à venir.

« La question de la fin de l’œuvre dans la process music de Steve Reich (1965-1972) », 6ème rencontres de l’OMF, OMF/Université Paris Sorbonne, Paris, 24 mars 2009, publication en actes à venir

« Conséquence(s) _ Résurgence(s) : de l’œuvre comme cadre au cadre conceptuel générateur », séminaire E-formes, sous la direction de Monique Maza, CIEREC, Université Jean Monnet, Saint Etienne, 23 janvier 2009, publication en actes à venir (fin 2010).

¤ 2008

« Influence des expressionnistes abstraits sur la musique de Morton Feldman : une conception beckettienne de la traduction », séminaire « musique et arts plastiques » sous la direction de Michèle Barbe, OMF/Université Paris Sorbonne, Paris, 21 juin 2008, publication en actes à venir (fin 2010).

Publicités

No comments yet»

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :